Blog a lupus:Articles du Jour : En finir avec le trou de mémoire – Le fil dystopique du 11 septembre à l’hystérie du COVID, la catastrophe d’une nation en quarantaine-un rapprochement douteux

Articles du Jour : En finir avec le trou de mémoire – Le fil dystopique du 11 septembre à l’hystérie du COVID, la catastrophe d’une nation en quarantaine

PAR THE WOLF LE  • ( 2 COMMENTAIRES )

En finir avec le trou de mémoire : Le fil dystopique du 11 septembre à l’hystérie du COVID

PAR JADE · 

Pour toute personne assez âgée pour avoir été en vie et au courant des attaques du 11 septembre 2001 et de ce qu’on appelle le COVID-19 en 2020, la mémoire peut aider à rappeler un parallèle sinistre entre les deux opérations.

Cependant, si la mémoire a été effacée par le travail de l’oubli ou par les médias d’entreprise qui la jettent dans la fosse aux souvenirs, ou si la mémoire manque, ou peut-être que la peur ou la dissonance cognitive bloque la prise de conscience, j’aimerais souligner quelques similitudes qui pourraient inciter à envisager des parallèles et des liens entre ces deux opérations.

Le lien fondamental qui les unit est que les deux événements ont suscité la peur de la mort chez l’homme.

La peur de la mort est sous-jacente à toutes les peurs. Une peur qui a des racines à la fois biologiques et culturelles. Sur le plan biologique, nous réagissons tous aux menaces de mort en nous battant ou en fuyant. Sur le plan culturel, il existe de multiples façons d’apaiser ou d’exacerber la peur, que ce soit intentionnellement ou non. Généralement, la culture sert à apaiser la peur de la mort, qui peut traumatiser les gens, par ses symboles et ses mythes. La religion a longtemps servi cet objectif, mais lorsque la religion perd son emprise sur l’imagination des gens, notamment en ce qui concerne la croyance en l’immortalité, comme l’a souligné Orwell au milieu des années 1940, un vide énorme est laissé. Sans cette consolation, la peur est généralement apaisée par des activités insignifiantes.

Dans les cas des attentats du 11 septembre 2001 et de l’opération actuelle contre le corona virus, la peur de la mort a été utilisée par les élites du pouvoir afin de contrôler les populations et d’instituer des programmes planifiés de longue date. Il existe un fil rouge qui relie les deux événements.

Les deux événements ont été clairement anticipés et planifiés.

Dans le cas du 11 septembre 2001, comme je l’ai déjà dit, le contrôle linguistique de l’esprit a été soigneusement élaboré à l’avance pour évoquer la peur au plus profond de l’être humain en utilisant des termes répétés tels que Pearl Harbor, Homeland, Ground Zero, l’impensable et le 11 septembre. Chacun à son tour a servi à élever le niveau de la peur de façon spectaculaire. Chacune s’est inspirée de réunions, de documents, d’événements, de discours et d’associations profondes de la peur. Ce langage a été évoqué à partir du livre de jeu du sorcier en chef, et non à partir de celui d’un apprenti hors de contrôle.

Et comme l’a souligné David Ray Griffin, l’éminent chercheur du 11 septembre (et d’autres), dans une douzaine d’ouvrages méticuleusement argumentés et documentés, les événements de cette journée ont dû être soigneusement planifiés à l’avance, et les explications officielles post hoc ne peuvent être décrites que comme des miracles scientifiques, et non comme des explications scientifiques. Parmi ces miracles, on peut citer : d’énormes gratte-ciel à structure métallique qui, pour la première fois de l’histoire, sont tombés en chute libre sans explosifs ni incendiaires, dont la tour WTC-7 qui n’a même pas été touchée par un avion, un pilote pirate de l’air, Hani Hanjour, qui pouvait à peine piloter un Piper Cub, aux commandes d’un énorme Boeing 757, dans une manœuvre des plus difficiles vers le Pentagone, la défaillance de la sécurité dans quatre aéroports au même moment et le même jour, la défaillance des seize agences de renseignement américaines, la défaillance du contrôle aérien, etc. La liste est encore longue. Et tout cela contrôlé par Oussama Ben Laden. C’est un conte de fées.

Ensuite, nous avons eu les attaques à l’anthrax, d’une importance cruciale, qui sont liées au 11 septembre. Graeme MacQueen, dans The 2001 Anthrax Deception, montre brillamment qu’il s’agissait là aussi d’une conspiration nationale.

Ces événements planifiés ont conduit à l’invasion de l’Afghanistan, au Patriot Act, au retrait des États-Unis du traité ABM, à l’invasion de l’Irak, à la guerre contre le terrorisme en cours, etc.

N’oublions pas ces années d’avertissements frauduleux par code de couleur des niveaux terroristes et l’avertissement du gouvernement d’utiliser du ruban adhésif autour de vos fenêtres pour vous protéger contre une attaque chimique et biologique massive.

De retour en l’an 2020.

Permettez-moi de commencer à rebours alors que les dessins à codes de couleur sont encore frais dans notre mémoire. Alors que les quarantaines liées au COVID-19 étaient en cours, une chose amusante s’est produite alors que les gens souhaitaient que la vie revienne à la normale et qu’ils puissent sortir de leurs cages. Des dessins similaires à code de couleur ont surgi partout en même temps. Ils montraient le calendrier par étapes d’un éventuel relâchement des contrôles gouvernementaux si les choses se déroulaient comme prévu. Du rouge au jaune au vert. C’est très attirant. Rouge orange jaune bleu vert. Comme pour les alertes terroristes après le 11 septembre 2001. Dans le Massachusetts, un état dit bleu où je vis, le code de couleurs se termine par du bleu, et non du vert, la phase 4 du bleu étant appelée « la nouvelle normalité » : Le développement de vaccins et/ou de traitements permet la reprise de la « nouvelle normalité ». Formulation intéressante. Une reprise qui nous ramène vers l’avenir.

Comme pour les avertissements faits avec du ruban adhésif après le 11 septembre, il est maintenant conseillé à tout le monde de porter un masque. Il est intéressant de noter que la société 3 M, un des principaux vendeurs de ruban adhésif, est également l’un des principaux vendeurs de masques au monde. La société devait produire 50 millions de masques respiratoires N95 par mois en juin 2020 et 2 milliards dans le monde entier au cours de l’année à venir. Ensuite, il y a le ruban adhésif des masques 3 M… mais c’est un sujet délicat.

Après les attentats du 11 septembre 2001, on nous a répété à maintes reprises que le monde avait changé à jamais. Aujourd’hui, on nous dit qu’après le COVID 19, la vie ne sera plus jamais la même. C’est la « nouvelle normalité », alors que le monde d’après le 11 septembre et d’avant le COVID 19 devait être l’ancienne nouvelle normalité. Donc tout est différent mais normal aussi. Ainsi, comme l’indique le site web du gouvernement du Massachusetts, dans les jours à venir, nous pourrions être en mesure de décréter « la reprise de la ‘nouvelle normalité’ ». Cette nouvelle ancienne normalité sera sans aucun doute une forme de transhumanisme techno-fasciste promulguée pour notre propre bien.

Comme pour le 11 septembre, il existe de nombreuses preuves que l’apparition du coronavirus était attendue et planifiée ; que des personnes ont été victimes d’une campagne de propagande visant à utiliser un virus invisible pour nous effrayer et nous soumettre et à fermer l’économie mondiale pour les élites mondiales. Il est clair, comme le dit Peter Koenig à Michel Chossudovsky dans cette interview incontournable, qu’il ne s’agit pas d’une théorie du complot mais d’un plan factuel flagrant exposé dans le rapport Rockefeller de 2010l’Event 201 du 18 octobre 2019 et l’Agenda 21, entre autres.

Comme les terroristes amorphes et la guerre contre le « terrorisme », qui est une tactique et donc une chose contre laquelle on ne peut pas lutter, un virus est invisible, sauf lorsque les médias le présentent comme une pâle bande de boules bizarres flottantes à l’orange qui sont partout et nulle part. Surveillez vos arrières, surveillez votre visage, mettez un masque, lavez-vous les mains, gardez vos distances – on ne sait jamais quand ces boules à pointes oranges peuvent vous atteindre.

Comme pour le 11 septembre, chaque fois que quelqu’un remet en question le récit officiel du Covid-19, les statistiques officielles, la validité des tests, l’efficacité des masques, les pouvoirs du vaccin annoncé à venir et les conséquences horribles des confinements qui détruisent les économies, tuent des gens, poussent les gens au désespoir et au suicide, façonnent des enfants traumatisés, mettent en faillite des petites et moyennes entreprises dans le but d’enrichir les plus riches, etc, les médias d’entreprise se moquent des dissidents comme de fous satanistes et complotistes, aidant ainsi l’ennemi viral.

Il en est ainsi même lorsque les dissidents sont des médecins, des scientifiques, des intellectuels très respectés, etc. qui disparaissent régulièrement de l’internet. Avec le 11 septembre, il y avait initialement beaucoup moins de dissidents qu’aujourd’hui, et la censure des points de vue opposés n’avait donc pas besoin de la censure flagrante qui se développe maintenant de jour en jour.

Cette censure se passe désormais partout sur Internet, rapidement et furtivement, le même Internet qui est imposé à tous comme la nouvelle norme présentée dans La Grande Remise à Zéro Globale, le mensonge numérique, où, comme l’a dit Anthony Fauci, personne ne devrait plus jamais se serrer les mains.

Un monde d’images et d’êtres abstraits dans lequel, comme le dit Arthur Jensen à Howard Beal dans le film Network, « Tout le nécessaire [sera] fourni, toute anxiété sera calmée, tout ennui sera diverti ». Une dystopie numérique qui s’approche rapidement comme peut-être la fin de ce fil rouge qui va du 11 septembre à nos jours.

Heidi Evens et Thomas Hackett ont écrit dans le New York Daily News :

Avec l’illusion de sécurité de la nation en ruines, les Américains entament le lent et vif processus de guérison d’un traumatisme qui semble profondément, cruellement personnel… laissant les citoyens de tout le pays avec l’effrayante connaissance de leur vulnérabilité.

Cela a été écrit le 12 septembre 2001.

Traduction de EdwardCurtin.com par Aube Digitale

La catastrophe d’une nation en quarantaine

PAR JADE· 

Cela fait cinq mois que l’on a dit aux Américains qu’ils seraient assignés à résidence pendant trois semaines pour « aplatir la courbe ». Sous le prétexte de nous protéger du Covid-19, les politiciens américains ont réalisé l’une des plus grandes prises de pouvoir non violentes de l’histoire des États-Unis, poussant les confinements bien au-delà de la prévision initiale de trois semaines, prenant ainsi le contrôle de 330 millions de vies.

Pour justifier cela, ils ont changé les objectifs, passant de l’aplatissement de la courbe à l’arrêt complet de la propagation du coronavirusCertains ont même parlé de maintenir le confinement, au moins en partie, jusqu’à ce qu’un vaccin soit mis au point. Cela pourrait prendre des années.

Quelle surprise.

Comment se fait-il qu’une nation de 330 millions d’habitants soit effectivement emprisonnée, avec pratiquement tous les secteurs de l’économie fermés en partie ou en totalité ?

La réponse à cette question est aussi claire que fausse : au début du Covid-19, les politiciens et les experts faisaient la queue pour nous dire que si nous ne faisions rien, jusqu’à 2,2 millions d’Américains périraient d’ici 2020.

Fin août, on comptait moins de 170 000 décès dus au Covid-19 aux États-Unis. Si la projection de 2,2 millions était exacte, alors le confinement américain a permis de sauver près de 2 millions de vies. Mais à quel prix ?

Début mars, le Congressional Budget Office (CBO) a prédit que la production économique des États-Unis sur la période 2020-2025 s’élèverait à 120 000 milliards de dollars. Quatre mois plus tard seulement et en raison du confinement pour enrayer le Covid, le Bureau du budget du Congrès a réduit ses prévisions de près de 10 000 milliards de dollars. Cette différence de 10 000 milliards de dollars représente le revenu que les Américains auraient gagné si le confinement n’avait pas eu lieu, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Des économistes extérieurs au CBO ont estimé cette perte à près de 14 000 milliards de dollars. Pour mettre les choses en perspective, le ménage américain médian gagne 63 000 dollars. Une perte de 10 000 milliards de dollars équivaut à l’effacement des revenus de 30 millions de ménages américains chaque année pendant plus de cinq ans.

Notre volonté de protéger les gens, quel qu’en soit le coût, a déjà fait que 10 millions d’Américains sont au chômage. Lorsque les choses reviendront à la normale, le coût total, uniquement en termes de pertes de revenus et corrigé de l’inflation, aura dépassé le coût de toutes les guerres que les États-Unis ont jamais menées, de la Révolution américaine à l’Afghanistan – réunies.

Et les coûts sont stupéfiants. En août, les estimations des chambres de commerce indiquent qu’environ un tiers des 240 000 petites entreprises de la ville de New York ont définitivement fermé leurs portes. Si ce ratio se maintient pour les petites entreprises ailleurs, nous pourrions voir environ 10 millions de petites entreprises fermer définitivement dans tout le pays. Les faillites de grandes entreprises de détail aux États-Unis ont été tout aussi déconcertantes.

Au total, l’effort pour sauver deux millions de vies du Covid-19 finira par nous coûter environ 7 millions de dollars par vie sauvée. Les gens supposent généralement que le confinement valait ce coût énorme, mais il y a deux ou trois choses à considérer avant de tirer cette conclusion.

Premièrement, pour le même coût, aurions-nous pu sauver encore plus de vies que nous l’avons fait en faisant autre chose ?

Deuxièmement, dans quelle mesure la prévision de deux millions de morts était-elle plausible ?

Si notre objectif était de sauver des vies simplement, plutôt que de sauver les gens du Covid-19, nous aurions probablement pu sauver plus de deux millions de vies et à un coût moindre. Comment cela se fait-il ? Pour chaque tranche de 14 000 dollars dépensés en détecteurs de fumée et de chaleur dans les maisons, une vie est sauvée. Pour chaque 260 000 dollars dépensés pour élargir les accotements des routes rurales, une vie est sauvée. Pour chaque 5 millions de dollars dépensés pour installer des ceintures de sécurité dans les bus scolaires, une vie est sauvée.

Chaque année, 650 000 Américains meurent de maladies cardiaques, 600 000 meurent du cancer, 430 000 meurent de maladies pulmonaires, d’accidents vasculaires cérébraux et d’Alzheimer. Pour lutter contre ces maladies, le Congrès a alloué 6 milliards de dollars à la recherche sur le cancer à l’Institut national du cancer et 39 milliards de dollars supplémentaires aux Instituts nationaux de la santé en 2018.

Le confinement nous coûtera plus de trois cents fois ce montant. Pour une multiplication par trois cents des budgets du National Cancer Institute (NCI) et des National Institutes of Health (NIH), nous pourrions bien avoir éradiqué les maladies cardiaques, le cancer, les maladies pulmonaires et la maladie d’Alzheimer. En quelques années seulement, cela aurait permis de sauver bien plus de deux millions de vies.

La leçon à en tirer est simple : Il n’y a pas de politique qui se contente de « sauver des vies ». Le mieux que nous puissions faire est de faire des compromis responsables. Les fermetures ont-elles sauvé des vies ? Certains prétendent que oui, à raison de 7 millions de dollars par vie sauvée si les estimations initiales étaient correctes, tandis que d’autres n’établissent aucun lien entre les confinements et les vies sauvées.

Quoi qu’il en soit, il y a toutes sortes d’autres compromis ici. Les confinements n’ont pas seulement coûté à des millions de personnes leurs moyens de subsistance, ils ont aussi coûté des vies humaines. Les premiers éléments indiquent une augmentation des suicides. Dans tout le pays, les appels aux numéros d’urgence pour le suicide ont augmenté de près de 50 % depuis avant le confinement. Les gens sont moins enclins à se rendre à leurs rendez-vous médicaux, ce qui fait que des diagnostics vitaux ne sont pas faits et que des traitements ne sont pas administrés. Les overdoses de drogue sont en hausse et il est prouvé que les cas de violence domestique sont également en augmentation.

Mais qu’en serait-il si le confinement n’avait pas permis de sauver 2 millions de vies ? Il existe des preuves solides, voire irréfutables, que les projections initiales de décès dus au Covid-19 étaient largement exagérées.

Nous pouvons nous référer à une expérience naturelle en Suède pour plus de clarté. Le gouvernement suédois n’a pas verrouillé l’économie du pays, bien qu’il ait recommandé aux citoyens de pratiquer la distanciation sociale et qu’il ait interdit les rassemblements de plus de 50 personnes. Les épidémiologistes suédois ont pris le modèle de l’Imperial College of London (ICL) – le même modèle qui a prédit 2,2 millions de décès liés au Covid-19 pour les États-Unis – et l’ont appliqué à la Suède. Le modèle prévoyait qu’au 1er juillet, la Suède aurait subi 96 000 décès si elle n’avait rien fait, et 81 600 décès avec les politiques qu’elle a employées. En fait, au 1er juillet, la Suède n’avait subi que 5 500 décès. Le modèle de l’ICL surestimait les décès de la Suède par un facteur de près de quinze.

Si le modèle l’ICL a surestimé les décès de Covid-19 aux États-Unis par un simple facteur de dix, le nombre d’Américains qui seraient morts si nous n’avions pas fermé le pays, mais au contraire pratiqué la distanciation sociale et interdit les rassemblements de plus de 50 personnes, aurait été d’environ 220 000.

À ce jour, les CDC font état d’environ 170 000 décès liés au covid aux États-Unis. En d’autres termes, en ajustant – même de manière conservatrice – l’erreur démontrée du modèle de l’ICL, il semble que le confinement qui a coûté 14 000 milliards de dollars ait peut-être sauvé environ 50 000 vies américaines. Si c’est le cas, le coût du sauvetage de vies par le confinement n’a pas été de 7 millions de dollars chacun. Le coût a été de plus d’un quart de milliard de dollars chacun.

Enfin, il est de plus en plus évident que même si des fermetures ciblées avaient été nécessaires, un confinement général ne l’a pas été. 80 % des décès dus au Covid-19 aux États-Unis concernent des personnes âgées de 65 ans et plus. Même si le modèle imparfait d’ICL avait été correct, et si nous avions été confrontés à la possibilité de 2,2 millions de décès, seuls 400 000 d’entre eux auraient été parmi les Américains en âge de travailler. Cela représente moins de deux dixièmes de un pour cent des Américains en âge de travailler. La distanciation sociale et les masques obligatoires auraient pu réduire encore davantage ce chiffre. Nous aurions pu mettre en quarantaine les personnes âgées, sauver presque toutes les vies que même les prévisions les plus sombres anticipaient, et laisser l’économie suivre son cours normal.

Mais nous ne l’avons pas fait.

Bien sûr, en mars, nous en savions beaucoup moins que maintenant. Face aux 2,2 millions de décès probables, beaucoup ont affirmé que le verrouillage de l’économie était la bonne chose à faire. Dans les semaines qui ont suivi, lorsque des données ont montré que la menace était bien moins mortelle et bien plus ciblée qu’il n’y paraissait au départ, les politiciens auraient pu lever le verrou.

Mais ils ne l’ont pas fait.

Ils ne l’ont pas fait parce que les politiciens ressentent invariablement le besoin de « faire quelque chose ». Malgré les nombreuses preuves provenant de domaines disparates comme l’économie, le travail social, l’écologie et la médecine, il semble que les politiciens ne se rendent jamais compte que parfois, faire moins, voire ne rien faire, est de loin la meilleure approche. Pourquoi cela devrait-il leur venir à l’esprit ? Lorsque les hommes politiques agissent et que leurs actions font plus de mal que de bien, ils disent toujours la même chose : « Imaginez comme cela aurait été mauvais si nous n’avions pas agi ».

Mais cette fois, nous avons des preuves. Nous pouvons comparer ce qu’il s’est passé lorsque les hommes politiques ont réagi avec une main lourde à ce qui s’est passé lorsqu’ils ont réagi avec une main légère. Et les preuves dont nous disposons jusqu’à présent nous amènent à la même conclusion : Nos politiciens ont détruit notre économie inutilement.

Cela n’empêchera pas nos politiciens de se féliciter, bien entendu. Rien n’empêche jamais cela. Lors de la prochaine crise, ils se retrouveront avec le même genre de solutions lourdes que cette fois-ci. La seule chose qui les châtiera, c’est la colère du peuple américain. Les politiciens ont fait bien plus de mal aux Américains que le Covid-19, et c’est ce dont le peuple américain doit se souvenir la prochaine fois que nos politiciens s’engageront dans la même voie inutile.

Parce qu’ils le feront.

Traduction de The American Institute for Economic Research par Aube Digitale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :